Au 15ème siècle, une décision papale fit du 14 février le jour du Saint Patron des Amoureux. Sanctifié, Valentin, prêtre du 3ème siècle fût condamné à mort par l’empereur Claude pour avoir célébré des mariages chrétiens. Mais cette date célébrait avant tout les célibataires en quête de l’âme sœur.

En orientant cette date vers la célébration du couple, l’église entendait éloigner la population des rites païens. Comme les habitudes bien ancrées ne disparaissent pas par simple décret, le principe de remplacement c’est ainsi répandu sur toutes les célébrations païennes en reliant ces dates aux évènements religieux permettant de supplanter les rites païens tout en donnant du sens à des pratiques rituelles liées au cycle de la nature et permettant à l’église d’instaurer sa suprématie.

La St Valentin fait partie de ces fêtes.

Mais c’est au début du 20ème siècle que l’imagerie rose, rouge, douce et florale s’est répandue. Les prémices d’un printemps, annoncées par la saison des amours chez les oiseaux ont favorisé l’apparition de décorations et de cartes romantiques illustrant mieux les élans amoureux de l’époque.

J’aime voir dans cette journée, la marque annonciatrice du renouveau fécond, comme sait si bien l’offrir la nature. Qu’il s’agisse d’un appel du cœur, d’une célébration de l’amour partagé ou d’une préparation à la rencontre, ce rituel s’inscrit naturellement dans un principe populaire et social. Il nous permet de clore et d’ouvrir un temps, de propulser un mouvement, une reconnexion, portés par les rythmes et révolutions cosmiques.

J’aime l’idée de nous réapproprier les rituels en nous reliant aux fondements qui ont traversé tant bien que mal tant de générations. Tout au fond de nous se trouve la mémoire des mouvements et des changements que nos ancêtres ont épousé à travers les rituels de passages.

Rappelons-nous que quel que soit le regard que nous portons sur cette date, c’est uniquement ce que nous nourrissons en nous qui nourrira le monde et nos jours à venir. Laissons donc la religion louer Valentin et laissons-nous nous vouer à nous et aux nôtres.

Je préfère renouer avec les cycles de la vie et danser au rythme des changements sans avoir à tout renier.

Peut-être serait-ce le meilleur chemin pour un retour au vrai : retrouver le sens profond des coutumes abandonnées au marché du 21ème siècle et réveiller ce qui dort au fond de nous. Il serait dommage de nous dépouiller de tout par le rejet des dictats commerçants de notre société car nous marchons avec l’héritage de cultures millénaires. Apprenons simplement à écouter et secouer ce qui frémit en nous et qui désire être célébré pour plus de corps, plus de force et plus d’élan.

Saisons après saisons, cycle après cycle, la vie s’endort, la vie reprend. A chacun de cadencer son rythme comme il le sent, quand il le sent.

Offert : Le rituel de la St Valentin : Rituel St Valentin – Offert