Une juste et parfaite maîtrise de nos actions amène un juste et parfait résultat, jusqu’à être réalisé si aisément qu’il en devient un art même. Parfois nous oublions combien il nous a été pénible, long et semé d’écueil ce chemin de l’apprentissage.
Laissez moi vous rapporter ici un conte chinois que j’aime particulièrement
.

” Il était une fois, il y a bien longtemps, dans une province du lointain royaume de Chine, un peintre qui savait dessiner d’un seul trait de pinceau, nénuphars, oiseaux, forêts, rochers, vagues et nuages.

Son génie était si grand que sa renommée s’étendit bien vite au-delà de son village, dépassant les frontières de sa province, pour parvenir un jour aux oreilles de l’empereur.

— On dit que tu es le meilleur peintre de mon empire et je veux m’en assurer. Je t’ordonne donc de me peindre… un cygne, que jamais des yeux n’aient vu de plus beau cygne en ce monde ; et je ferai de toi l’homme le plus riche du pays. Combien de temps te faudra-t-il ? »

— Dix ans mon seigneur.

— Dix ans…pour un cygne ? »

— Dix ans pour un beau cygne mon seigneur »

— … Bien, dit l’empereur impassible et dépité. J’accepte et je viendrai moi-même le chercher. Dans dix ans, jour pour jour.

Les années passèrent.

A la date prévue, l’empereur se présenta, entouré de notables, dans la modeste maison du peintre.

— Je viens chercher mon cygne ! où est-il ? »

— Je vous attendais mon seigneur », répondit l’artiste ; et il alla chercher une grande feuille de papier de riz.

Toute blanche…

Il trempa son pinceau dans l’encre spécialement préparée, et devant l’assistance ébahie, il dessina d’un seul trait l’oiseau promis au maître des maîtres dix années auparavant.

— C‘est le plus beau cygne que j’aie vu de ma vie », dit l’empereur ravi par tant de finesse et de splendeur. Je te félicite et te remercie. Ta femme et tes enfants pourront vivre riches jusqu’à la fin de leurs jours ; je leur offre, devant témoins, un palais, un lac, un bois et des champs. Mais toi, grand artiste, tu n’en jouiras point car je te ferai couper la tête pour t’être moqué de moi.

Le peintre se laissa enchaîner sans mot dire, devant sa famille en larmes, l’empereur et sa suite s’apprêtaient à repartir quand l’un de ses fils, prince du sang, lui cria d’une autre pièce où son insatiable curiosité l’avait attiré : « Père, venez voir, venez vite ! L’empereur traversa la salle à manger et rejoignit son fils dans l’atelier de l’artiste.

Par terre, sur des tables, accrochés aux murs, partout, des monceaux, des liasses de feuilles de papier de riz, avec des milliers, des millions de cygnes dessinés.”

Ne négligez jamais le temps qu’il faut pour que le maître atteindre sa zone de génie.

Ne sous-estimez jamais la fluidité et la simplicité. Parfois, certaines actions cachent un long apprentissage et la plus grande des maîtrises.